Une fois mon trek dans la jungle amazonienne terminé, je suis partie faire du volontariat sur l’île aux singes, un immense paradis situé en plein coeur de l’Amazonie, près de la ville d’Iquitos, au nord du Pérou. Il s’agit d’un sanctuaire qui abrite environ 300 singes dont 8 espèces vivant en totale liberté.

J’ai décidé de passer quelques jours sur l’île pour aider Alberto et sa soeur Marta qui ont crée ce centre, il y a une douzaine d’années. Ils ont consacré 8 ans de leur vie, seulement pour construire l’île.

Bien que de nombreux singes peuvent évoluer en toute liberté dans cette grande île, ils recueillent également des bébés singes, dont il faut bien évidemment s’occuper quotidiennement. Malheureusement, comme dans beaucoup de pays, ici, il est tout à fait normal de manger du singe. Les villageois tuent donc les adultes et lorsqu’il y a un bébé, il le récupère comme animal de compagnie. C’est très dur de changer quelque chose d’aussi ancré dans la culture…ils n’ont souvent pas accès à de la nourriture aussi facilement que nous et c’est donc compliqué de leur expliquer que leur aliment de base n’est pas « éthique ».

singes-volontariat-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-volontariat-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-volontariat-amazonie-pérou-cottonandtravel
singe-tamarin-volontariat-amazonie-pérou-cottonandtravel
singe-tamarin-volontariat-amazonie-pérou-cottonandtravel
singe-tamarin-volontariat-amazonie-pérou-cottonandtravel

Avec leurs petites économies, ils essayent donc de faire réagir et éduquer la population à ces différentes extinctions.  En tant que volontaire, nous devenons une maman de substitution pour ces bébés ou bien pour les plus grands, des copains de jeux… Nos journées sont donc rythmer aux temps des câlins et des chamailleries entre camarades. Avant de partager ces beaux moments, il fallait commençer (à 6h du matin) par nettoyer les parties communes et le grand préau où les singes gambadaient toute la journée. C’est donc de si bonne heure et avec rien dans le ventre qu’il fallait nettoyer les petits cacas ! Miam miam ! Mais une petite demie heure après, nous pouvions profiter pleinement de nos bébés. Ils nous tendaient leurs mains avec une immense joie pour pouvoir grimper sur nos épaules. Les plus petits accouraient pour être les premiers à se blottir bien au chaud dans nos cheveux comme dans les poils de leur mères. Ils ne bougeaient parfois pas de la journée et souvent ce n’était pas maintes choses à faire pour les enlever ! Du coup, on avait parfois 3 singes sur les épaules et dans les cheveux !

 

volontariat-singes-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-laineux-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-laineux-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-laineux-amazonie-pérou-cottonandtravel
volontariat-singes-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-laineux-amazonie-pérou-cottonandtravel
singes-laineux-amazonie-pérou-cottonandtravel

Je me suis bien sûr attachée très rapidement à ces petites boules de poils. J’avais souvent vu des singes dans des zoo, mais partager chaque moment de leur quotidien avec eux, permet encore plus de se rendre compte à quels points ils nous ressemblent. C’est vrai que leur regard sont très expressifs, ils pleurent et rient comme nous. J’avais vraiment l’impression de m’occuper d’un bébé humain.. avec des poils…Chacun a son caractère et on les reconnait donc très vite, bien qu’ils se ressemblent tous.

J’ai aussi appris à parler « singe ». Et oui, pour se dire bonjour ou tout simplement exprimer sa joie, le singe frotte sa tête contre son congénère en poussant son fameux petit cris. Nous le faisions donc avec eux, ce qui étonnait et faisait rire à chaque fois les touristes qui prenaient vite goût au jeu.

volontariat-ile-aux-singes-amazonie-pérou-cottonandtravel
volontariat-ile-aux-singes-pérou-by-cottonandtravel
volontariat-ile-aux-singes-amazonie-pérou-cottonandtravel
volontariat-ile-aux-singes-pérou-by-cottonandtravel
volontariat-ile-aux-singes-pérou-by-cottonandtravel

Et oui, notre seconde mission était d’accueillir les groupes de touristes qui venaient découvrir cette île. Ils pouvaient ainsi jouer, câliner et partager le quotidien des singes pendant quelques heures. Quand à nous, nous devions leur expliquer les différentes races et histoires de chacun, les sensibiliser à ces différents massacres des singes. Les touristes représentent la principale source d’argent à cette association à but non lucratif. Chaque don reçu sert à élever les singes, certains n’atteignant l’âge adulte que vers 8 ans et permet de récolter des fonds pour les relâcher dans leur habitat naturel, ce qui coûte très cher.

Chaque midi et chaque soir, nous mangions avec la famille. Il y avait également Tita et Anibal, un couple qui travaillait comme cuisiner et jardinier pour aider Alberto et Marta. Leurs deux enfants venaient chaque weekend sur l’ile s’occuper des singes. Ils vivent chez leur grand mère, au village d’Indiana, à une trentaines de minutes de l’île. Ainsi, un weekend, nous sommes allés les chercher et nous avons pu nous balader dans le village et acheter les provisions puisque sur l’île, il n’y a rien, pas même l’électricité !

 

villages-amazonie-pérou-cottonandtravel
villages-typique-amazonie-pérou-cottonandtravel

J’ai partagé cette belle expérience avec Sabrina et André, un couple d’allemands également en tour du monde. Nous sommes devenus très bons amis et grâce à eux, ces quelques jours sont devenues encore plus incroyables ! Chaque soir nous avions pris l’habitude de nous baigner (et nous laver!) dans le fleuve amazonien ! Le singe, Martin, trop préoccupé qu’il nous arrive quelque chose, venait toujours nous surveiller et nous demandait de sortir rapidement !

villages-amazonie-pérou-cottonandtravel
villages-typique-amazonie-pérou-cottonandtravel

Il fallait malheureusement que je reparte prendre mon avion direction Lima, la capitale. Un retour à la vie moderne qui m’a été très difficile. J’ai beaucoup regretté de ne pas être restée plus longtemps. Cela a été très difficile de quitter les singes mais également Sabrina et André, et tout simplement la jungle et cette vie si paisible, si proche de la nature. Comme quoi il ne faut parfois pas grand chose pour être heureux…

7 thoughts on “Volontariat sur l’Ile Aux Singes en Amazonie”

  1. Hello Marie,
    Trop cool de recevoir des nouvelles de l’aventuriere ! Et toujours aussi chouette de te lire et de te suivre. Ton rêve de jungle est enfin réaliser mais je suis sûre que tu en as encore beauçoup à réaliser et à nous faire partager.
    Et toutes ces rencontres…. j’espere pour toi qu’elles ne seront pas toutes qu’ éphémères sauf probablement les singes ;o)
    Bises et â bientôt sur les ondes de Cotton & Travel !!
    Sonia

    1. Merci beaucoup Sonia =) J’ai pas mal de retard dans mes articles ! entre la connexion pas au top et moi qui suis toujours en vadrouille j’ai pas toujours le temps mais je vais m’y remettre! les prochains seront sur mon trip au Mexique ^^
      Pleins de gros bisous =)

  2. Coucou Marie. …merci pour tes récits. ..profites a fond de ces moments intenses et inoubliables !!. ..a la fois je t’envie et à la fois je frissonne en te lisant tu vis des instants terrifiants. …!!
    Bisous et à bientôt au plaisir de te lire
    Patty

  3. Salut Marie,
    Ton blog est est très bien fait super intéressant !
    Comment as tu fais pour organiser ce volontariat ?
    Je voyage actuellement en Amérique du Sud mais c’est mon premier voyage et je ne pas trop comment m’y prendre. J’aimerais avoir l’occasion de travailler avec des animaux comme tu l’as fais ici et de rencontrer des artisans pour apprendre l’art local. Aurais-tu quelques conseils à partager ?
    Merci d’avance et continue à nous émerveiller !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *