Après mon incroyable séjour au Guatemala, il est temps de partir à la découverte du Nicaragua et d’y rejoindre mes parents! Eux aussi viennent pour vivre l’aventure du voyage (même s’ils n’en n’ont pas encore réellement pris conscience ! ). Je les avais juste prévenu de me rejoindre à Managua, la capitale, avec un sac à dos chacun et le strict minimum d’affaires pour se déplacer facilement.

« On va voyager à ma façon! ». Mon père me disait déjà depuis plusieurs semaines à chaque fois que l’on s’appelait: « As-tu réservé les hôtels? Où va-t-on dormir le premier soir? », et moi répondant « Oui oui ne t’inquiète pas, je m’en occupe… ». Je crois que mes parents ne se rendait encore pas bien compte de la façon dont je voyageais. Moi-même je sais rarement où je vais dormir le lendemain… ni où je serai dans les jours prochains. C’est comme ça qu’on profite le plus d’un voyage car on se laisse la possibilité de faire rencontres inattendues et des découvertes inoubliables!

Mais je ne leur avais pas encore réellement expliqué pour ne pas trop les inquiéter! C’est leur premier grand voyage aussi loin, et surtout dans un pays aussi démuni… Je ne sais donc pas encore quelle sera leur réaction.

nicaragua-carte-cottonandtravel

Nous arrivons le même jour à Managua mais je suis déjà arrivée à l’hôtel tôt le matin. J’attends mes parents qui arriveront seulement vers 23h dans un hôtel à 10 minutes de l’aéroport pour que le transfert soit plus facile. Je ne veux effectivement pas aller à cette heure tardive dans le centre de la capitale puisque de toutes façons, je n’ai pas prévu qu’on y reste. Oui mais voilà, les plans qui ne se passent pas comme prévu commencent déjà! Une fois que je suis posée à l’hôtel, mon état de santé vire à la catastrophe. Sans rentrer dans les détails… je pense avoir fait une intoxication alimentaire. Impossible de me lever, de manger ni de boire…

Je savais que ce voyage seuls en avion avec escale au Panama sans parler un mot d’espagnol était déjà un grand pas pour mes parents, il fallait que je leur annonce maintenant que je ne pourrai pas venir comme prévu les chercher à l’aéroport… J’ai heureusement pu m’arranger avec l’hôtel pour qu’un taxi aille les chercher avec une petite pancarte « Landais ». Mais je vous laisse imaginer le stress après plusieurs heures d’avion, arriver dans un nouveau pays aussi tard…. Sans aucun repère!

Mes parents arrivent enfin à l’hôtel. Ils me retrouvent dans un état pitoyable après ne pas m’avoir vu pendant plusieurs mois! Que doivent-ils penser de mon voyage?! Et c’est pourtant la première fois que je tombe malade… Pas de chance! J’avais bien prévu leur stress puisqu’ils commencent directement par me dire qu’ils ont eu peur car le taxi prenait des petites routes non bétonnées et que les maisons paraissaient abandonnées. Oui, c’est sûr que ça change des grandes avenues éclairées et des belles maisons modernes que l’on trouve en Europe.

chicken-bus-nicaragua-cottonandtravel

Le lendemain, je rassemble toutes mes forces pour partir de la capitale. Je me dis que vu mon état et aussi pour commencer en douceur, nous allons prendre un transfert privé de l’hôtel pour nous diriger vers la ville de Léon. Mais lorsque je vois les prix exorbitants des transports, mon âme de voyageuse reprends le dessus et je décide donc de partir pour le terminal de bus et de trouver un transport local. Le taxi qui nous y emmène nous fait traverser la capitale et c’est le premier choc pour mes parents: des ânes qui tirent des chariots parmi un tumulte de voitures, des maisons en taule, des femmes qui tiennent en laisse des cochons, des routes en terre…  »Mais, on est dans la capitale là? ».

Nous trouvons enfin un minibus local et nous en avons pour quelques heures de trajet vers Léon. Une fois arrivés, mes parents vivent leur première expérience avec les taxis locaux. En sortant du bus, ils nous sautent tous dessus en criant et je sais par expérience que c’est très impressionnant les premières fois. L’un d’entre eux sort même nos sacs à dos du coffre du bus et j’entends ma mère crier « non c’est mon sac ça!!! » Je m’occupe donc de négocier avec l’un d’entre eux. Je m’étais d’abord renseigné des prix en parlant dans le bus avec un américain vivant au Nicaragua et nous nous accordons sur le prix avec l’un des taxistes. Après quelques kilomètres, celui-ci me dit qu’il faudra payer une taxe et qu’il est obligé de nous faire payer 3 fois plus cher que le prix négocié. Hey hey… Il a cru accompagner une famille de touristes mais il n’avait pas compris que je voyageais déjà depuis plusieurs mois et que leurs enter-loupes je les connaissais ! Je ne me laisse donc pas faire et le ton monte puisqu’il insiste et me menace de me laisser sur le bord de la route si je n’accepte pas. Je lui réponds alors qu’il n’y a aucun problème et qu’il peut s’arrêter immédiatement car je ne paierai pas ce prix mais le prix négocié. Il s’arrête et je demande  à mes parents de sortir. Bien sûr, ils n’ont rien compris puisque nous parlions espagnol mais vu le débit de paroles et de la tonalité de notre conversation, ils ont rapidement vu que quelques chose n’allait pas. J’ouvre le coffre et je sors ma valise. Le taxiste me regarde alors et me dit « No no Amiga… » Il change d’avis et accepte enfin de nous conduire à l’hôtel au prix négocié.

Ah… ces latinos… Et oui, on croit que de voyager comme cela c’est merveilleux et que ce sont des vacances. Mais ça… c’est souvent le quotidien des voyageurs. On est des touristes donc on est forcément fortunés et donc ils nous arnaquent sans cesse. Il faut continuellement négocier et cela peut prendre de longues très longues minutes. C’est souvent ce qui m’a fatigué le plus dans le voyage. Mes parents découvrent donc la mentalité de l’Amérique Latine assez crûment et s’aperçoivent que ça ne va effectivement pas être de tout repos!

leon-nicaragua-cottonandtravel
leon-nicaragua-cottonandtravel
  • Las Penitas

Comme je ne me sens toujours pas bien, je décide de changer de programme (d’où l’habitude de ne pas réserver d’hôtels à l’avance) et nous partons directement pour le village Las Penitas, un petit village sur la côte Pacifique pour se reposer quelques jours.  Mes parents prennent alors leur premier Chicken Bus, vous savez ces énormes bus à l’ambiance… Chaleureuse… Une fois installés, on voit alors un défilé de personnes qui déposent sur le toit des sacs de bétons, des vélos, du mobilier et tout autres objets insolites. Le bus est plein à craquer et des femmes passent en criant pour vendre à manger et à boire. Je suis habituée maintenant à ce genre de transport très typique de l’Amérique Centrale et j’aime particulièrement cette atmosphère mais c’est vrai que cela peut être très surprenant … et donner une bonne migraine, les premières fois!

Nous arrivons enfin dans un petit hôtel très mignon où nous pratiquerons le farniente et les ballades sur la plage noire pendant quelques jours. J’avais bien prévenu mes parents de profiter de ce moment de répit pour se préparer à la suite du voyage mais je ne suis pas sûre qu’ils avaient encore bien considéré la difficulté de voyager avec leurs filles…

chicken-bus-nicaragua-cottonandtravel
chicken-bus-nicaragua-cottonandtravel
laspenitas-beach-nicaragua-cottonandtravel
laspenitas-beach-nicaragua-cottonandtravel
  • La ville de Léon et ses volcans du Cerro Negro & Telica

Après quelques jours sur la côte Pacifique, nous repartons pour Léon et visiter ces alentours. Pour rassurer mes parents, je décide de réserver un hôtel sur Booking avant de partir. Mais une fois dans le taxi, impossible de trouver l’adresse… Je vérifie ma confirmation de réservation et j’ai bien réservé un hôtel à Léon…Oui mais voilà, en Espagne! C’est raté donc pour cette fois! Nous passerons une petite heure à chercher une hôtel libre. Une fois nos sacs à dos enfin posés à l’hôtel, nous partons découvrir le centre de la Léon et nous visitons la magnifique église de la place centrale. Il est possible de visiter les toits, d’un blanc si immaculé que ça en fait mal aux yeux! Mais tellement splendide!

leon-nicaragua-cottonandtravel
leon-church-nicaragua-cottonandtravel
leon-church-nicaragua-cottonandtravel
leon-church-nicaragua-cottonandtravel

Nous partons ensuite réserver un tour d’une journée pour faire l’ascension de deux volcans près de Léon. Pour cela, j’avais trouvé une organisation qui réalise divers treks à travers le Nicaragua et dont les bénéfices sont reversés pour éduquer des élèves nicaraguayens sur des thèmes liés à l’écologie et la préservation de leur pays. Le lendemain, nous avons eu la chance de partir que tous les trois avec Uriel, notre super guide local. Le matin, nous partons à notre première ascension pour le Volcan du Cerro Negro qui est connu pour faire sa descente en sandbordard ! Le paysage est vraiment à couper le souffle. J’avais déjà entrepris un trek de 2j sur un volcan du Guatemala, juste incroyable, et qui restera certainement le plus beau souvenir de mon voyage. Je ne pensais donc pas être aussi impressionnée par un autre volcan: de magnifiques contrastes de couleurs entre les cendres noires et le paysage de plaines vertes et fertiles des alentours; puis une roche calcaire d’où sortaient des jets de souffre et un paysage complètement lunaire qui te donne vraiment l’impression d’être sur une autre planète !

Une fois arrivés au sommet après seulement une petite heure de trek, nous avons alors pu admirer le magnifique cratère du Cerro Negro mais aussi toute la chaîne de volcans qui s’étend du nord au sud du Nicaragua! Impressionnant! Mais ce n’est pas fini, il est temps de descendre ce grand volcan noir avec les sandboards que nous portions sur le dos lors de l’ascension! Mon père et moi, enfilons notre superbe combinaison verte, gants, casque et lunettes de protection; puis nous nous lançons dans le grand vide! Ma mère elle, préfère descendre le volcan à pied! Mais c’est plutôt elle qui a dû faire face au pire… elle doit descendre seule en s’enfonçant dans les cendres jusqu’au genou puisque le passage  n’est pratiquement jamais emprunté comme la majorité utilise les sandboards: très pénible et physique donc pour elle alors que notre descente ne durera que quelques secondes!

cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-sandboarding-leon-nicaragua-cottonandtravel
cerro-negro-leon-nicaragua-cottonandtravel

Il est ensuite temps de partir pour le second volcan: Telica! Sur le chemin, nous traversons des villages et mes parents observent alors pour la première fois la vie rurale des nicaraguayens. Puis, c’est parti pour environ 2 heures d’ascension pour arriver à un énorme cratère crachant de la fumée! C’est donc mon 3 ème volcan et je suis encore impressionnée car il est encore très différent des deux autres! Puis, nous nous posons un peu plus bas pour observer le coucher du soleil sur la chaîne de volcans du Nicaragua.

telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel
telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel
telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel
telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel
telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel
telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel

Dans la suite de mon article, je vous raconte nos aventures dans la jungle, au nord du Nicaragua, et ce, avec un moyen de transport peu comment…. puisque nous logerons à l’arrière d’un pick-up! A suivre en cliquant ICI

telica-volcano-leon-nicaragua-cottonandtravel

2 thoughts on “18 jours au Nicaragua: plages noires et ascensions de volcans. Partie 1/2”

  1. Bonjour Marie,
    la famille Landais elle belle quand elle est réunie…
    J’espère que tu mesures avec une grande Joie, de recevoir un soutien et l’Amour indéfectible de la part de tes parents et un encouragement de leur part dans ton aventure.
    Apprend que, Quand la joie a une cause, elle ne peut pas durer très longtemps. Avec cette amour partagé qui crée cette joie intérieure, alors la joie est sans raison, et elle reste à jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *